Il faut excommunier Jésus

Le Monde, le 20 mars 2009.

L’Eglise catholique traverse une crise d’une ampleur inédite depuis plusieurs décennies. Cette crise est d’autant plus profonde que sa crédibilité est atteinte dans tous les cercles : chez les non-catholiques, chez les catholiques culturels et chez les fidèles pratiquants.L’Eglise n’est pas victime d’une agression extérieure : les causes de ses maux actuels ne sont pas le fait des “ennemis de la foi” ou des anticléricaux. Deux graves affaires, qui relèvent de la responsabilité de sa hiérarchie, ont brutalement mis au jour ses contradictions : la levée de l’excommunication de quatre évêques intégristes, dont un tenant des propos négationnistes, et l’excommunication, quasi concomitante, par l’archevêque de Recife, d’une mère et d’une équipe médicale ayant pratiqué un avortement sur une fillette âgée de 9 ans enceinte de jumeaux, victime de viols, et dont la vie était en danger.

A cela vient de s’ajouter les propos de Benoît XVI dans l’avion le menant en Afrique, continent le plus touché par la pandémie du sida : “On ne peut pas régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs ; au contraire leur utilisation aggrave le problème.”La première affaire a surtout scandalisé par les propos négationnistes odieux de Mgr Williamson et la triple faute du Vatican, qui n’a pas informé le pape de paroles connues des milieux avertis depuis novembre 2008 ; qui a promulgué le décret le 24 janvier alors que ces propos faisaient la “une” des médias du monde entier depuis le 22 janvier ; et enfin par la lenteur de leur condamnation.

Mais cette levée d’excommunication “sans conditions”, préambule à un processus de réintégration dans l’Eglise, a aussi profondément troublé de nombreux catholiques attachés au concile Vatican II (1962-1965) et à ses valeurs de liberté religieuse et de dialogue avec les autres religions, constamment niées par les intégristes. Dans la lettre aux évêques rendue publique le 12 mars, le pape reconnaît des erreurs dans la gestion de l’affaire Williamson et tente de se justifier sur la levée d’excommunication en utilisant l’argument de la miséricorde : “Qui annonce Dieu comme amour poussé “jusqu’au bout” doit donner le témoignage de l’amour : se consacrer avec amour à ceux qui souffrent.”

On peut entendre, qu’au nom du message évangélique, le pape veuille pardonner et donner une nouvelle chance à des brebis égarées qui tiennent pourtant des paroles extrémistes et intolérantes depuis des années. Mais alors pourquoi l’Eglise continue-t-elle d’interdire la communion aux divorcés remariés ? Pourquoi condamne-t-elle avec une telle dureté les proches d’une fillette violée qui lui ont sauvé la vie en la faisant avorter ? La miséricorde ne doit-elle s’appliquer qu’aux intégristes ? Et comment peut-on considérer le viol d’une enfant comme moins grave qu’un avortement, qui plus est effectué à des fins vitales ?

Le scandale est tel que plusieurs évêques français sont montés au créneau pour condamner une décision inique qui contredit non seulement la morale commune, mais aussi le message évangélique. Qu’il suffise de citer l’épisode où Jésus refuse de condamner une femme adultère, qui, selon la loi, doit être lapidée, et lance aux ultralégalistes de l’époque : “Que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre” (Jean, 8). Lui-même a plusieurs fois transgressé la loi religieuse. Dostoïevski avait imaginé que si Jésus était revenu dans l’Espagne de Torquemada, il aurait été condamné au bûcher pour avoir prêché la liberté de conscience. On se demande, dans l’Eglise de Benoît XVI, s’il ne serait pas excommunié pour avoir prôné le dépassement de la loi par l’amour ?

Nul ne demande à l’Eglise de renoncer à affirmer ses convictions. Mais ce qui ne passe pas, c’est la manière théorique et parfois brutale utilisée par la hiérarchie pour réaffirmer la norme, alors qu’il n’existe que des situations concrètes, singulières et complexes. Comme le soulignait Mgr Yves Patenôtre, évêque de la mission de France, la décision d’excommunication prononcée par l’archevêque de Recife, confirmée par Rome, “fait fi de la pratique pastorale traditionnelle de l’Eglise catholique qui est d’écouter les personnes en difficulté, de les accompagner et, en matière de morale, de tenir compte du “moindre mal””. On peut dire la même chose pour la lutte contre le sida. L’usage du préservatif n’est sans doute pas la solution idéale, il n’en demeure pas moins, de fait, le meilleur rempart contre la propagation de l’épidémie pour tous ceux qui ont du mal à vivre l’abstinence et la fidélité prônées par l’Eglise. Les prêtres africains en savent quelque chose.

L’histoire de l’Eglise est marquée par cette tension permanente entre la fidélité au message de compassion envers chaque personne de son fondateur et l’attitude de ses dirigeants qui finissent souvent par perdre de vue ce message pour privilégier l’intérêt de l’institution – devenue une fin en soi – ou s’enfermer dans un juridisme pointilleux, absurde et déshumanisant.

Le pontificat de Jean Paul II a été marqué du sceau d’une profonde ambiguïté : intransigeant et traditionaliste sur le plan moral et doctrinal, il a été aussi un homme de dialogue et de coeur, multipliant les gestes forts envers les humbles et les autres religions. Benoît XVI n’est l’héritier que du versant conservateur de son prédécesseur. Et il n’y a plus dans l’Eglise d’Abbé Pierre ni de Soeur Emmanuelle, ces “croyants croyables”, pour pousser un coup de gueule face à des décisions dogmatiques déshumanisantes, jouant ainsi un rôle cathartique et servant de précieux médiateurs entre les fidèles et l’institution.

Un schisme silencieux menace l’Eglise sur sa gauche, autrement plus grave que celui des traditionalistes. Benoît XVI entendait réévangéliser l’Europe. Il n’aura peut-être réussi qu’à reconquérir une poignée d’intégristes, au détriment de la perte de nombreux fidèles attachés aux valeurs évangéliques et d’individus en quête de sens à qui Rome semble ne plus savoir offrir que du dogme et de la norme.